Choix de la langue :

Recherche

Copenhague en Vidéo

Evenements majeurs

CREATION DE L'OBSERVATOIRE NATIONAL DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES

News image

Avant son départ pour la conférence des Nations Unies sur les Changements Climatiques, le Président de la République a signé le...

Voir l'evenement

Newsletter

Sondage

Savez-vous lire l'étiquétage écologique des emballages ?
 

Evènements a venir

No events

Conseils pratiques

Eclairage LFC ou LBC

Dans le choix de l'éclairage des bâtiments, privilégiez l’utilisation de lampes…Lire la suite...

photo du ministre

Point de presse du Ministre

I-  Monsieur le Ministre de l’Environnement et de la Protection de la Nature, quel est le bilan de la Conférence sur le climat de Copenhague ?

La conférence sur le climat qui s’est tenue en décembre 2009 à Copenhague et pour laquelle j’ai été très honoré d’accompagner son Excellence Monsieur le Président Paul BIYA, a connu la participation de 193 pays, la présence de 120 Chefs d’Etats et de Gouvernements, plus de 40.000 participants.

 

Le travail s’est fait en deux phases à savoir :

- La première phase du 07 au 15 décembre 2009, était faite des travaux des experts et négociateurs dans les différents groupes de travail définis par le Plan d’Action de Bali. Il s’agissait du groupe de travail Ad Hoc sur les nouveaux engagements des parties de l’annexe I du Protocole de Kyoto et du groupe de travail Ad Hoc sur l’action concertée à long terme. Sous ces groupes de travail, des groupes de contact ont été mis en place sur les thèmes : atténuation, adaptation, Protocole de Kyoto, REDD, technologies, financements. Les négociations faites dans le cadre desdits groupes de travail ont permis de développer des documents en fonction des thèmes susmentionnés qui ont été soumis au segment de haut niveau ;

-La deuxième phase du 16 au 18 décembre 2009, était le segment de haut niveau de cette Conférence. Durant cette deuxième phase, les Chefs d’Etats et de Gouvernements ainsi que les Chefs des délégations ont fait leurs déclarations. Le Président de la République, son Excellence Paul BIYA a fait sa déclaration le 17 décembre 2009 dans la tranche de 15 heures à 18 heures. Le 18 décembre, 28 Chefs d’Etats et de Gouvernements ont été choisis par leurs pairs pour mener des concertations de haut niveau qui ont abouti à l’accord de Copenhague.

Le bilan de Copenhague se solde donc par un accord dit : accord de Copenhague dont l’assemblée plénière a pris note.

II- Monsieur le Ministre, quel est le contenu de cet accord, comment se présente t-il ?

  1. Les Chefs d’Etat et de Gouvernement ont affirmé leur volonté politique de combattre de toute urgence le changement en accord avec la science démontrée par le 4è rapport du GIEC avec l’objectif de réduire les émissions mondiales des GES de manière à tenir l’augmentation de la température mondiale à moins de 1° C. Et que pour cela la vision partagée est la réduction des émissions de 40% d’ici 2020 et de 80% d’ici 2050.
  2. Les Chefs d’Etat et de Gouvernement se sont engagés) produire leurs taux de réduction d’ici 2020 et qui devront être envoyés au Secrétariat de la Convention avant le 31-01-2010
  3. Ils ont affirmé leur engagement à débourser 30 milliards de dollars pour 2010-2012 pour aider les pays pauvres et en voie de développement pour l’adaptation et l’atténuation et 100 milliards de dollars par an d’ici 2020 pour répondre aux besoins des pays en développement
  4. Ils ont décidé de la mise en place du Mécanisme de la Technologie pour accélérer le transfert de technologie, développer la technologie et renforcer la capacité des pays pauvres et en voie de développement.

III- Quels sont les engagements concrets ?

De la Conférence sur le climat de Copenhague, nous pouvons retenir les engagements concrets ci-après issus des déclarations:

  • Les Etats Unies d’Amérique ont annoncé une réduction de  17% d’émissions de GES d’ici 2020 et 80% d’ici 2050 par rapport au niveau de 2005. D’ici 2020, ils ont promis 100 milliards de dollars ;
  • La Chine a annoncé une réduction des émissions de 40 à 42% d’ici 2020 par rapport au niveau de 2005 ;
  • L’Union Européenne a annoncé une réduction de 20 à 30% d’ici 2020 par rapport au niveau de 1990 si les autres font des efforts comparables. Elle promet également un appui financier de 2,4 milliards de dollars US par an d’ici 2010-2012 ;
  • L’Inde a promis 20% de réduction d’ici 2020 par rapport au niveau de 2005 ;
  • Le Brésil a promis une réduction de 36,1 à 38,8% de gaz à effet de serre d’ici à 2020, par rapport au niveau de 2005 ;
  • Le Japon a promis 25% de réduction de gaz à effet de serre d’ici 2020 par rapport au niveau de 1990 et 15 milliards de dollars d’ici 2012 dont 11 milliards d’aide publique et 4 milliards au secteur privé.

IV- Quel jugement de valeur Monsieur le Ministre faites-vous de cet accord qui n’est pas contraignant ?

A mon humble avis, malgré des résultats qui ne sont pas à la hauteur des attentes, malgré les incertitudes que comporte cet accord par rapport à sa mise en œuvre, malgré le caractère non contraignant des engagements pris par les pays développés, la quinzième Conférence des Parties de Copenhague n’est pas un échec. L’accord de Copenhague peut être considéré comme une base pour poursuivre les négociations qui devraient aboutir à un accord juridiquement contraignant à la seizième Conférence des Parties prévue au Mexique en décembre 2010. L’année 2010 doit servir à donner un contenu juridiquement contraignant à ce futur accord qui sera adopté au Mexique en 2010. Il appartient donc à nos pays de rester vigilants au respect des annonces et engagements faits par les pays développés à cette Conférence. Ces annonces constituent des opportunités à saisir par le Cameroun afin de développer des activités d’atténuation et d’adaptation aux  changements climatiques

V-   Monsieur le Ministre, qu’est-ce que le Cameroun peut tirer de cet accord ?

En dehors de ce qui est en cours de mise en œuvre dans le cadre du REDD et de l’adaptation, comme je le disais plus haut, les promesses et annonces faites pendant la conférence sur le climat constituent des opportunités à saisir par le Cameroun. Dans ce cadre, des dispositions sont prises pour que des projets concrets soient développés afin de les soumettre auxdits financements. Lesdits projets proposeront des actions à financer dans les différents secteurs vulnérables aux changements climatiques à savoir : l’agriculture, l’élevage, l’énergie, la santé, etc. Ils proposeront aussi des actions qui permettront de réduire les émissions de gaz à effet de serre, d’augmenter et stabiliser les stocks de carbone à travers la gestion durable des forêts et le reboisement.

Ces financements doivent permettre à notre pays de commencer à bénéficier des contreparties dues aux services environnementaux qu’apportent nos forêts dans le cadre de la stabilisation du climat.

Le bénéfice pour le Cameroun de cet accord dépendra essentiellement de notre engagement à développer et à défendre les  différents projets.

VI- Le président de la République Son Excellence Paul BIYA, dans sa déclaration a parlé entre autre du Programme National de Gestion de l’Environnement et de l’Opération Sahel Vert, peut-on avoir plus de précision ?

Le Plan National de Gestion de l’Environnement (PNGE) a été adopté en 1996. Son principal objectif est la protection de l’environnement et la gestion durable des ressources naturelles. De manière spécifique, il contribue à la gestion rationnelle de l’espace agro-sylvo-pastoral et au maintien des équilibres écosystémiques. Dans le cadre de l’élaboration du PNGE, plusieurs domaines thématiques ont fait l’objet d’études approfondies, notamment l’agriculture et la protection des sols, les pâturages et les productions animales, les schémas d’aménagement du territoire, etc... Le PNGE vient d’être révisé avec l’appui financier du PNUD. Il faut dire que la gestion durable de l’environnement et celle particulière des forets et des écosystèmes forestiers participe à la stabilisation du climat.

En ce qui concerne l’opération « Sahel Vert », il s’agit d’une synthèse des projets de reboisement, de réhabilitation des terres et de vulgarisation des foyers améliorés qui font partie des 8  projets  relevés dans le programme d’action triennal conçu à la suite de l’élaboration du Plan d’Action National de Lutte Contre la Désertification (PAN/LCD) en 2006. Cette opération a pour objectif de freiner l’avancée du désert à travers le reboisement (la régénération des espèces locales en voie de disparition), la réduction de la pression sur les ressources ligneuses et la vulgarisation des foyers améliorés et partant la réduction de la pauvreté par la création des emplois. Dans le cadre de cette opération en 2008 et 2009, 6 000 hectares ont été reboisés avec plus de 937 500 plants et plus de 84 000 foyers améliorés ont été fabriqués et distribués aux populations. L’analyse des premiers résultats de ladite opération montre que cette action est un succès fort apprécié par les différentes parties prenantes, ce qui renforce la nécessité de sa poursuite. D’où l’appel à une plus grande implication de tous les acteurs locaux (autorités administratives, traditionnelles et municipales, groupes et organismes locaux, administrations partenaires, partenaires au développement, ONG, OCB, etc.) L’opération « Sahel Vert » va se poursuivre en 2010.Le PNGE et l’Opération « Sahel Vert » font donc partie des multiples actions développées par le gouvernement camerounais pour mieux protéger l’environnement et lutter contre les changements climatiques.

VII-Le Chef de l’Etat, Son Excellence Paul BIYA a créé en décembre 2009 l’ONACC, qu’est ce qu’on en attend ?

L’Observatoire National sur les Changements Climatiques (ONACC)

1)  Il a pour mission de :

  • Suivre et évaluer les impacts socio-économiques et environnementaux des changements climatiques ;
  • proposer des mesures de prévention, d’atténuation et/ou d’adaptation aux effets néfastes des changements climatiques.

2)  Il est chargé de :

  • Etablir les indicateurs climatiques pour le suivi de la politique environnementale ;
  • Mener des analyses prospectives visant à proposer une vision sur l’évolution du climat ;
  • Suivre l’évolution du climat, fournir des données météorologiques et climatiques à tous les secteurs d’activités et dresser le bilan annuel ;
  • Collecter, analyser et mettre à la disposition des décideurs publics et privés les informations sur les changements climatiques ;
  • Proposer au gouvernement les mesures de prévention, de réduction d’émission des gaz à effet de serre ainsi que les mesures d’atténuation et d’adaptation aux effets néfastes des changements climatiques.

VIII- Monsieur le Ministre, dans le domaine des Changements Climatiques, quels sont vos chantiers ?

Nos chantiers sont nombreux pour l’année 2010. Il s’agira  de continuer les chantiers commencés en 2009 parmi lesquels nous pouvons relever :

  1. La continuation de l’élaboration de la Seconde Communication Nationale appuyée par le fonds mondial pour l’Environnement spécifiquement faire les inventaires des gaz à effet de serre, évaluer la vulnérabilité du pays vis-à-vis des changements climatiques et relever les actions spécifiques d’atténuation, d’adaptation à mener ;
  2. La continuation des activités relatives au REDD spécifiquement finaliser le projet pilote d’évaluation des émissions liés à la déforestation et à la dégradation des forêts soutenus par la coopération allemande, continuer les activités de préparation au REDD financées par le Fonds de Partenariat Carbone Forestier (FPBC), soit 3.600.000 dollars pour les années à venir, développer des projets, rechercher les financements de leur mise en œuvre .
  3. La continuation du programme d’appui à la mise en œuvre d’approches intégrées et globales d’adaptation aux changements climatiques spécifiquement le renforcement des capacités d’adaptation au changement climatique, la promotion des actions d’adaptation financés par la coopération japonaise, soit un montant de 92 millions de dollars pour 21 pays dont le Cameroun en bénéficie 3 millions de dollars pour la période 2010-2012.
  4. La promotion des projets MDP spécifiquement deux projets sont très avancés dont le projet de récupération du méthane de la décharge de Nkolfoulou à Yaoundé, et à Pk 10 à Douala. D’autres projets sont en cours d’élaboration parmi lesquels les projets de cogénération d’énergie à partir des déchets de bois, les projets de reboisement soutenus par la mairie de Paris, les projets d’efficacité énergétique avec les fumoirs améliorés.
  5. La continuation de l’opération sahel vert qui est un projet d’atténuation.

IX- Pour conclure, quel  est le bilan de l’année 2009 du Ministère de l’Environnement et de la Protection de la Nature ?

  • La Seconde Communication Nationale (SCN) est en cours d’élaboration ;
  • L’Opération Sahel Vert a permis de reboiser 6000 hectares, de distribuer environ 100.000 foyers améliorés ;
  • Sur le plan du MDP, une vingtaine de Notes d’Identification de Projets ont été validées. Les projets de destruction du méthane à Nkolfoulou (Yaoundé) et à PK10 (Douala) sont très avancés ;
  • Une stratégie Nationale d’Adaptation aux changements climatiques est en cours d’élaboration avec l’appui du financement japonais et la facilitation du PNUD ;
  • Le Cameroun a commencé à se préparer au REDD grâce à l’appui du Fonds de Facilitation de la Banque Mondiale ;
  • Préparation et participation à la COP15 à Copenhague ;
  • Mise en œuvre de la restauration des mangroves et de la conservation de la biodiversité ;
  • Création de l’Observatoire National sur les Changements Climatiques ;
  • participation au projet de création des jardins botaniques dans la ville de Yaoundé et de Douala.

X- Monsieur le Ministre, quelles sont les perspectives du Ministère de l’Environnement pour l’année 2010 ?

  1. La préparation de la mise en place de l’Observatoire National sur les Changements Climatiques (ONACC);
  2. La continuation de l’opération sahel vert ;
  3. La continuation de la restauration des mangroves et de la conservation de la biodiversité ;
  4. La lutte contre la Jacinthe d’eau ;
  5. La continuation de la stabilisation des berges de la Bénoué ;
  6. L’appui aux clubs des amis de la nature, aux communes ;
  7. Le développement des projets d’adaptation et d’atténuation aux changements climatiques, et soumission aux différents financements ;
  8. Intensification du contrôle et du suivi environnemental ;
  9. Préparation et participation aux négociations relatives à la COP16 de Mexico en décembre 2010 ;
  10. La continuation des activités relatives au REDD spécifiquement le projet REDD-Banque mondiale ;
  11. La continuation de l’élaboration de la Seconde communication Nationale ;
  12. Le développement d’une stratégie Nationale d’Adaptation ainsi qu’un Plan d’Adaptation aux Changements Climatiques (PANA).
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Autres actualités

News image

SUMMARY REPORT OF THE SCHOOL COMPETITIONS

SUMMARY REPORT OF THE SCHOOL COMPETITIONS OF THE 31/05/2016   [WED/JME 2016] The inter-Friends of Nature Clubs competition took place at the ...

Voir l'actu

 

 

Intranet



Visiteurs


Visits today:23
Visits total:286163
MINEP Copyright ©2009